Tess d’Urberville – Thomas Hardy

Tess d’Urberville
– Thomas Hardy

9782253005964-001-t

Editeur : Le livre de poche
Nb de pages : environ 400
Prix: 6.60 Euros

Résumé :

Jeune paysanne placée dans une famille, Tess est séduite puis abandonnée par Alec d’Urberville, un de ses jeunes maîtres. L’enfant qu’elle met au monde meurt en naissant.

Mon Avis:

N’ayez pas peur de lire des classiques, l’écriture n’est pas inaccessible, au contraire. Quand on commence Tess d’Urberville, on peut être un peut perdu par l’univers, les personnages, les multiples références que nous ne connaissons pas. Mais il faut s’accrocher car ce roman en vaut véritablement la peine.

Tess d’Urberville n’est pas un roman à l’eau de rose comme certains peuvent le penser. Au contraire, c’est un livre dramatique, Tess n’est pas épargnée par les événements.

Quelques petites précisions pour vous aider dans votre lecture: 
– John Durbeyfield, le père de Tess, se découvre une généalogie prestigieuse: il est un descendant de la noble lignée des d’Urberville.
– Alec d’Urberville est un lointain parent de Tess.
– Nous sommes dans l’Angleterre du 19ème siècle, en conséquence, les valeurs morale ne sont pas les mêmes, la société est complètement différente de la notre. C’est dans une Angleterre puritaine que nous sommes plongés. Il est important de le savoir.
– Le roman est divisée en 7 phases, elles-même divisées en plusieurs chapitres.

Au début du roman, Tess est une jeune fille d’environ 16 ans, elle vient d’un milieu modeste et sa mère aimerait bien la marier.
Quand son père se découvre être un descendant des d’Urberville, lui et sa femme envoient Tess rencontré leurs parents : la famille d’Alec.
Alec est un personnage très mystérieux que l’on a du mal à cerner. On comprend cependant rapidement qu’il ne veut pas que du bien à Tess. En effet la pauvre va se retrouver enceinte sans être mariée. C’est une chose extrêmement grave qui humilie sa famille.

S’ensuit plusieurs péripéties qui se passent sur plusieurs années. Au fil des pages on ne peut que s’attacher à cette jeune femme robuste, courageuse, passionnée. Tess ne cherche que le bonheur des siens. Elle est touchante et tout ce qui l’affecte vient à nous affecter aussi.
J’ai eut l’impression de ressentir toutes les émotions ressenties par Tess, surtout dans la deuxième partie du livre.

Il est également très probable que vous vous identifiez à elle, comme ce fût mon cas. Nous avons toutes été un jour malmené par un garçon. On a tous une fois déçut nos parents, on a eut honte de certaine chose.
Cette identification rend le récit bien plus fort, bien plus poignant et c’était bien le but.
A cette époque, les livres était l’une des rares façons pour les jeunes filles de connaitre le monde, et surtout d’être mise en garde contre les garçons.

La fin du roman est rapide, on ne peut pas s’arrêter de lire avant d’avoir atteint le dernier mot!
Oui il y a quelques longueurs, des descriptions longues et laborieuses, des passages moins captivants mais ils permettent de mettre en avant les passages les plus forts.
L’écriture est tellement belle, la façon qu’on les personnages de s’exprimer me plait particulièrement. A mon sens cela fait la force de ces romans classiques: ils sont écris avec soin, pas à l’arrache pour vendre un maximum d’exemplaires. Ces romans ont un but, un message. Ils apportent quelque chose au lecteur!

J’ai pris une véritable claque littéraire durant cette lecture. Un vrai coup de foudre comme on les aimes.
A tous : vous devez lire Tess d’Urberville !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s