Les anges sans visages – Tony Parsons

Les anges sans visages
– Tony Parsons

29789937_10215868327130061_8966023875720642560_n

 

 

Éditions : Points
Auteur : Tony Parsons
Parution : 2018
Pages : 352
Prix : 7.50 €
Genre : Policier
Ma note : 16 / 20

 

 

Résumé :

Nous sommes à Londres. Max Wolfe, enquêteur au coeur tendre, flanqué de sa petite fille et de son chien (un Cavalier King Charles), doit faire face de nouveau à la noirceur et la violence du Londres des beaux quartiers. Une famille aisée, bourgeoise, est retrouvée massacrée dans sa demeure du nord de la ville, le lendemain des fêtes du Premier de l’an. On retrouve les corps du père, de la mère, et de deux adolescents. Mais le plus jeune enfant manque à l’appel. A-t-il été enlevé ? Les victimes ont par ailleurs été assassinées avec un pistolet d’abattage, qui sert habituellement à tuer les gros animaux de boucherie avant qu’on ne les égorge à l’abattoir. Max Wolfe finit par retrouver la trace, grâce aux archives du Black Museum (le musée de Scotland Yard) d’un serial killer, qui, 30 ans plus tôt, utilisait cette arme pour son modus operandi. Mais « l’équarisseur » est aujourd’hui un homme grabataire, mourant. Impossible de penser qu’il a commis ces meurtres. Alors quoi, un copycat, un vulgaire imitateur ? Ou bien quelqu’un qui cherche, au contraire, à piéger l’ancien meurtrier ?

Mon avis

Je remercie les éditions Points pour cet envoie!

Lu en seulement quelques jours, j’ai beaucoup aimé ce roman policier! Le résumé me faisait vraiment envie, et je n’ai pas été déçue. Nous faisons la connaissance du policier Max Wolfe, un personnage auquel je me suis beaucoup attachée, ainsi que sa fille, Scout qui est adorable!

Une famille est massacrée le soir du nouvel an, leur petit garçon a disparu. L’enquête s’annonce délicate. Le crime rappel étrangement une autre affaire survenue… 30 ans plus tôt, en effet, un jeune gitan a massacré la famille de sa fiancée avec un pistolet d’abattage, l’arme qui a été utilisé pour ce nouveau crime. Les inspecteurs vont devoir se creuser la tête pour comprendre ce qu’il s’est passé dans cette famille.

Le récit est cru, brutal. L’auteur ne ménage pas les personnages, loin de là. On se laisse aller au rythme de l’auteur, l’enquête avance a un bon rythme, l’auteur nous laisse réfléchir, on avance en même temps que les inspecteurs.

Petit point négatif : les 50 premières pages sont un peu longue, l’auteur utilise pleins de sigles pour se référer à différents service de la police anglaise, pour désigner le rang hiérarchique des inspecteurs. Je n’ai pas vraiment apprécié la première partie du roman à cause de cela.

Ce qu’il se cache derrière tout ça est vraiment surprenant, c’est vraiment très sombre, très malsain. J’ai beaucoup aimé les visites au Black Museum (un lieu qui commémore les mémoires des policiers tués dans l’exercice de leurs fonctions). L’auteur aborde subtilement certains sujets de société assez dérangeant, comme le fait que certaines enquêtes soient « privilégiées » (notamment via les médias) par rapport à d’autres en raison de la catégorie sociales des victimes. Une problématique dont on devrait se soucier un peu plus souvent. Combien d’affaires restent dans l’ombre au profit d’autres faits divers ?

En bref

L’auteur nous emmène au cœur de Londres pour tenter de démêler une sombre affaire de meurtres doublée d’un kidnapping. Les personnages évoluent au même rythme que nous, la lecture est agréable et le dénouement est difficilement prévisible. En somme, une bonne lecture que je recommande aux amateurs ou non de romans policiers, en notant que certaines scènes sont légèrement brutales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s