Premières lignes #5

Premières lignes

Bonjour à tous !

Je suis contente de vous retrouver pour ce nouveau rendez-vous sur le blog! Le principe est simple : chaque semaine je vais choisir un livre et vous en citer les premières lignes. Ce rendez-vous est organisé par Aurélia du blog Ma lecturothèque.

Aujourd’hui je vous présente les premières lignes d’une de mes prochaines lectures!

Prologue

La rue est longue. Etroite. Obscure et humide. Je n’ai pas très chaud dans mon manteau. Pour ne pas dire froid. Dans le dos, surtout. J’accélère, pressée de retrouver ma voiture. Et mon lit, l’instant d’après. Je n’aurais pas dû me garer si loin. Je n’aurais pas dû boire autant. Partir si tard. D’ailleurs, je n’aurais pas dû aller à cette soirée. A archiver dans les moments gâchés. Les temps perdus, si nombreux. Cette soirée, j’aurais mieux fait de la passer en compagnie d’un bon livre ou d’un beau mec. Mon mec. La moitié des lampadaires est en panne. Il fait sombre, il fait tard. Il fait seul.
Le bruit de mes pas se cogne aux murs sales. Je commence sérieusement à avoir froid. Et sans trop savoir pourquoi, à avoir peur. Sentiment vague, diffus ; qui m’étrangle en douceur. Deux mains glacées se sont lovées autour de mon cou sans que j’y prenne garde.
Peur de quoi, au fait ? L’avenue est déserte, je ne vais pas me faire attaquer par une poubelle!
Aller, plus qu’une centaine de mètres. Peut-être deux, à tout casser. Rien du tout, quoi…
Soudain, j’entends quelqu’un marcher dans mon dos. Instinctivement je passe la seconde puis je me retourne.

Je vous laisse maintenant le résumé :

couv6094532Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence…

 

 

Ce roman vous fait-il envie ?

Une réflexion sur “Premières lignes #5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s